crise d'identité

Crise d'identité

Dans mon précédent article je vous avais parlé de la capacité naturelle de certains objets à vous rendre fous. Fort mécontents de ma dénonciation, ils se sont jurés de me le faire payer, et ont mis à contribution de leur plan diabolique ma chère carte d'identité .

Etant d'un naturel tout sauf ordonné (croyez moi, ce n'est ni ma mère ni ma chambre qui vont me contredire), j'ai toutefois l'habitude de laisser ma carte d'identité dans mon sac à main, toujours. Tout le temps. C'est un des rares objets auxquels je fais véritablement attention avec ma nintendo DS, mais chut, pas de publicité dans ces articles, le KGB me surveille. (Oui, d'accord ma blague était nulle, mais je suis allée en boite hier ça aide pas des masses.)

Toujours est-il que la semaine dernière je me levai le samedi à l'aube (oui, neuf heures du matin c'est encore l'aube pour mes neurones) pour aller remplir mon devoir citoyen, c'est à dire m'inscrire sur les listes électorales pour les municipales (riez pas, sisi, c'est important les municipales, même quand on habite pas à Paris, faudrait juste que je me renseigne sur qui est maire chez moi par contre…)

Et là, au moment de partir, c'est le drame…impossible de mettre la main sur ma carte d'identité qui n'était pas à sa place. (Mes affaires sont rarement à leur place, SAUF ma carte d'identité, c'est dire si je me sentais trahie.)
Hahaha, elle doit être dans ma résidence étudiante, Hahaha, je me suis levée pour rien, que c'est ballot ! Ho, ce n'est pas grave j'irai la semaine prochaine !

Tiens ? Elle n'est pas non plus dans ma résidence ? Pourtant j'ai nettoyé la chambre de fond en comble, les araignées dans le sac de l'aspirateur vous le confirmerons !

J'ai dû mal fouiller ma chambre ! C'est pas grave, je vais la retrouver vendredi. Soit aujourd'hui. Bon, nous sommes vendredi, 15h30 et j'ai retourné toute ma chambre. Restons calme. Bon d'accord, je pique ma crise de nerfs…mais c'est pas grave, je vais à la mairie remplir une déclaration de perte et m'en refaire faire une…tant pis pour les municipales. Dossier en main, je rentre dans le froid glacial (j'ai pas l'permis). Et là, la sauveuse rentre dans la maison…ma mère. En moins de cinq minutes montre en main, elle déniche ma carte d'identité, dans une enveloppe avec ma convocation à la mairie. Maman, ma chère maman, ta fille ne t'as jamais autant admirée qu'à ce moment là. (Je pouvais toujours essayer de chercher sous la moquette de ma chambre…)

Du coup, je reprend mon écharpe et mes gants, directement la mairie, on the road again, again, comme disait l'autre. « Coucou ! c'est encore moi ! En fait, ma carte, elle était pas perdue, bonne blague pas vrai ? »

Le bon côté des choses c'est que l'an prochain je pourrai enfin voter pour la première fois ! (Peut-être que comme ça j'aurai une vague idée de la tête de mon maire…)

Mais je suis déçue, dans mon périple je n’ai rencontré ni petites cuillères, ni aliens, ç’en est presque décevant !



21/12/2007
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres