la princesse

C'était un jour calme dans le  grand royaume de Ficel. Le soleil brillait, l'eau scintillait, l'herbe poussait, les abeilles butinaient, les renards chassaient, le roi criait…

Le roi criait ?

« _TU AS FAIS QUOI ?

_Ben, je l'ai un petit peu assommé…

_TU L'AS QUOI ?

_Assommé, père…Mais juste un peu. »

Dans la salle du trône du royaume, on pouvait observer un homme de petite taille, portant une couronne aussi grosse que sa tête. Il paraissait avoir la cinquantaine passée, arborait la barbe assez courte nécessaire à tout souverain digne de ce nom. Il s'adressait à la Princesse, jeune fille brune de dix-neuf ans.  Elle faisait environs deux fois sa taille, et était réputée dans le monde entier pour sa beauté. Elle n'était pas la plus belle fille du monde, ni même de son royaume, mais elle était ce qu'on appelle une « beauté fatale ». Au sens propre du terme.

« _Et son père qui me déclare la guerre tu trouve ça normal peut-être ? Tu étais censé l'épouser, pas l'assommer ! Tu l'assommeras quand vous serez mariés !

_Mais c'est de sa faute aussi ! D'abord il arrive en m'offrant des fleurs quand j'ai mon rhume des foins, ensuite il commence à me raconter des poèmes sentimentaux ! Là, j'arrivais encore à me contrôler, mais quand il a commencé à me chanter une sérénade sous mon balcon, j'ai craqué !

_Tu as craqué ?

_J'ai craqué !

_Je craque . Ca fait le vingtième prince qu'on te présente ! En plus c'était le plus beau parti des environs !

_Le plus beau parti ? Ben il était moche ! Et je n'aime pas les princes, ils appelleraient leur mère pour un ongle cassé ! Et puis, franchement, des fleurs, des poèmes, des sérénades, pour qui ils me prennent ?

_Pour une princesse…ce que tu es censée être.

_Je m'en fiche, je déteste le tricot, j'ai horreur des princes, et je ne supportes pas les enfants ! Je tuerais le premier prince avec lequel tu m'obligeras à me marier ! »

Sur ce, la Princesse quittât la sale du trône, laissant son père bouillir de rage, et se dirigea vers la salle de combat, où les soldats s'entraînaient. Ceux-ci ne s'étonnèrent pas et l'accueillirent à bras ouvert.

« Alors, ce dernier prétendant  Princesse? » demandèrent-ils innocemment. La princesse leur répondit qu'il n'était pas près de revenir, et que le prochain Prince qui oserait la toucher se verrait amputé de quelques parties de son corps. Les plus douloureuses. Ils rirent et l'invitèrent à se joindre à leur entraînement. Elle était au moins aussi  forte qu'eux au combat. Et il ne fallait pas la chercher, elle vous trouvait toute seule.

            Le Roi, lui, était bien embêté. Que faire d'elle ? Elle ne pourra pas diriger le royaume toute seule, le peuple ne l'acceptera jamais. Bon d'accord, le peuple la trouve plus forte que moi, mais il ne l'acceptera jamais en tant que Reine. Il faut lui trouver un Roi . Bon voyons voir, quelles sont les autres procédures habituelles pour trouver un fiancé ? Être prédestinés l'un à l'autre dès la naissance, ça c'est raté tous les princes disponibles étaient malades, la varicelle je crois. Autre solution, l'attacher, la bâillonner et la conduire à l'église… Non ,je ne peux pas, personne ne serait capable de la retenir assez longtemps pour qu'on l'attache. Et puis, elle tuerai son mari, elle connaît les zones sensibles. Je me demande qui lui a appris d'ailleurs. Ou alors, on peut… c'est ça ! Il faut qu'un prince la sauve ! Il faut l'envoyer dans une quête qu'elle ne pourra pas accomplire, un prince va la sauver, ils tombent amoureux et le tour est joué ! Quel fin stratège je fais, quand même !

Mais le Roi avait oublié un détail : la Princesse était plus forte que n'importe quel Prince présent sur Bilb (qui, pour la plupart, allaient pleurer dans les jupes de leur mère lorsqu'ils se cassaient un ongle..). C'était la faille.

            De son côté, la Princesse essayait de convaincre ses soldats de l'appeler par son prénom.  « _On m'a donné un prénom à la naissance, c'est bien fais pour qu'on s'en serve non ? »

_Ben, on veut bien, mais c'est quoi votre prénom ? 

-Comment ça, vous ne le connaissez pas ?

_Ben non, on vous a toujours appelé Princesse.

_Et bien , tachez de le retenir, mon prénom c'est…c'est…c'est quoi déjà ?»

Forcément, se dit-elle, depuis ma naissance, on m'a toujours appelée « Princesse », pas étonnant que j'oublie mon prénom…




19/01/2006
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres